16 septembre -
5 octobre 2017
Lausanne

Le concours

Un nouveau concours de Chant

Ce nouveau concours consacré au chant lyrique a pour objectif de promouvoir la nouvelle génération de chanteurs diplômés de la Haute École de Musique de Lausanne – HEMU. Sous l’égide de la Fondation Kattenburg les épreuves proposées et les récompenses attribuées ont pour vocation de soutenir ces jeunes talents.

Édito

Hervé Klopfenstein, directeur du Concours Kattenburg

Un concours de plus ? Sans doute. Mais un concours un peu particulier permettant de confronter des étudiants chanteurs de niveau Master à des artistes, anciens étudiants de l’HEMU qui, avec un bout de carrière derrière eux, ont déjà fréquenté les scènes internationales.

Cette volonté d’émulation entre ces deux mondes nous permet de garder un contact précieux avec « nos anciens » et de tirer vers le haut les futurs artistes de demain. La qualité des membres du jury, des accompagnateurs mis à disposition, des chanteurs, de même que la finale avec orchestre dirigé par John Fiore sur la scène de l’Opéra de Lausanne sont de nature à garantir l’excellence du niveau attendu.

Claire et Willy Kattenburg ont vraiment désiré la création de ce concours piloté par la Haute École de Musique de Lausanne. Nous ne pouvons que leur en être reconnaissant pour le chant lyrique et ses serviteurs.

L'histoire riche et mouvementée des Kattenburg

Willy Kattenburg voit le jour le 17 juin 1912 à Amsterdam au sein d'une famille juive nombreuse. Sa mère, née Tauber, lui transmet sa passion pour la musique et l'incite à prendre des cours de chant dans sa Vienne natale. Son avenir professionnel est tout tracé au sein de l'entreprise textile familiale « Hollandia Kattenburg », spécialisée dans la fabrication d'imperméables. La guerre met un coup d'arrêt brutal à cette success story industrielle avec la déportation d'une grande partie des employés et de sa famille directe, alors que lui réside outre-Manche où il dirige la succursale anglaise. Ne perdant pas espoir, il prête son aide au gouvernement néerlandais en exil et se marie en 1944 avec Rose Claire Lévy, qui l'accompagnera jusqu'au bout de sa longue route de vie. Malgré la conjoncture difficile qui plombe le secteur textile européen après-guerre, Willy Kattenburg reprend le développement des affaires familiales, résidant successivement en Espagne, en Californie, puis finalement à Lausanne, où il trouve dans le Beau-Rivage Palace à Ouchy un cadre accueillant pour son couple, bientôt entouré de nombreux amis. Restés actifs et intéressés à la vie lausannoise jusqu'à leur dernier jour, Claire et Willy Kattenburg se sont éteints à deux semaines d'intervalle en mars 2012.